Choisir une typo… quel casse-tête !

Choisir une typo… quel casse-tête !

Choisir une police d’écriture pour un projet… quel casse-tête ! Il y a bien des tendances… et des typos à éviter ! Dans tous les cas la typo choisie impactera le message que vous voulez faire passer et la cible que vous voulez atteindre, en positif comme en négatif. Let’s go.
Un choix restreint : gage de qualité et lisibilité

Vous choisissez deux ou trois polices maximum. Vous les utiliserez tout le temps : sur vos documents imprimés comme sur votre site Internet.  Gardez-vous de toute fantaisie par la suite (à l’exception d’une typo de gros titre pour un événement -une kermesse par exemple- où on pourra alors se lâcher, car elle aura un but illustratif). Tout comme votre logo et vos couleurs, vos typos participeront à l’image que votre structure renvoie au reste du monde, et contribueront à la rendre unique et toujours plus identifiable.

Je me souviens quand ma deuxième fille, encore petite, se mettait à crier « Ma’do ! Ma’do ! » (comprenez « Mac’Do) lorsqu’on passait en voiture près d’un restaurant fast-food arborant les couleurs vertes et jaunes… Voyez l’impact de la puissance d’une identité visuelle chez une enfant somme toute surdouée ne sachant pas encore (bien) parler (et encore moins lire) !

Voici donc quelques conseils pour faire votre choix.

Les différentes sortes de polices d’écriture

Il existe plusieurs classifications de polices. Entre parenthèses, nous ne nous attarderons pas sur le jargon, entre « typo », police », « font » ça n’intéresse que les graphistes. Voici les grandes catégories :

  • Sans serif = sans empattements, appelées aussi polices “bâtons” (vous connaissez l’Arial ?)
  • Serif = avec empattements (vous connaissez la Times New Roman ?)
  • Egyptienne (slab serif) = empattements épais, en bloc (la Clarendon, so famous)
  • Cursive ou script, ou calligraphique (ne jamais utiliser la Comic Sans MS, simple petit conseil de pro)
  • Gothique ou Cursive gothique = anglais médiéval (en voir un paquet sur le site de Dafont)
  • A chasse fixe (la Courrier bien sûr)
  • Manuscrite (le handwriting) = écrite à la main (vous savez que vous pouvez créer la votre ?)
  • Décorative = catégorie de polices à utiliser en titre d’événement par exemple
Mais pourquoi 2 ou 3 polices seulement ??

Si vous en prenez davantage, vos créations manqueront de cohérence. Cela donnera une impression fantaisiste à votre oeuvre (du style carte d’anniversaire d’une jeune fille d’environ 8 ans). Vous pouvez donc choisir une police pour les titres et sous-titres, une pour le contenu, et pourquoi pas une troisième police plus décorative, utilisée pour des situations plus exceptionnelles.

Les astuces
  • la combinaison de police de familles différentes : hé oui, combiner une police sans empattements avec une qui en a -par exemple, cela rend souvent bien. Voyez plutôt différentes combinaisons réussies sur ce lien fabuleux : type inspiration.
  • en choisir une qui a des accents, en regardant ce qu’on appelle les glyphes (ponctuations, accents, etc), au risque de vous retrouver avec quelques soucis d’écriture une fois le projet bien avancé !
  • en choisir une qui a beaucoup de variations (graisses, etc), ce qui permet avec une seule famille de police d’avoir toutes nos déclinaisons (titres, sous-titres, citations, légendes…)

Beaucoup sont gratuites, mais certaines, payantes, vous assurent de leur qualité et vous protège de la voir utilisée un peu partout ailleurs…

Faites votre choix!

Pas de commentaire

Poster un commentaire